Traitement et prévention

Aspirine

Les plaquettes sanguines (thrombocytes) sont un aspect de l’inflammation associé au déclenchement d’une fourbure. Quand les thrombocytes sont activées par une inflammation, elles se regroupent et forment des caillots (microthromboses). Ces microthromboses peuvent boucher les capillaires au niveau du pied. De plus, les thrombocytes sécrètent de la sérotonine, un neurotransmetteur, qui agit comme un vasoconstricteur.

Parfois l’aspirine est prescrite comme anticoagulant. Elle a un effet inhibiteur sur l’agrégation des thrombocytes. Cependant, l’effet est de courte durée, car l’aspirine est mal absorbée dans l’organisme du cheval, puis dégradée assez rapidement. Lorsque l’on administre en même temps d’autres AINS, l’effet anticoagulant est encore moins fort.

Il est important qu’on se rende compte qu’il n’y a pas qu’un seul type de fourbure. Depuis quelque temps déjà, nous avons établi une distinction claire entre la fourbure liée au SRIS, la fourbure traumatique et endocrinopathique. Cette dernière forme, qui se produit en raison de problèmes hormonaux (SME, DPIP), est celle qui arrive à plus de 80% de nos chevaux fourbus. L’activation des thrombocytes et la formation subséquente de microthromboses ne se produisent pas dans le cas d’une fourbure endocrinopathique.

De la fourbure traumatique on ne sait pas encore si les problèmes de coagulation jouent un rôle. Donc, ce n’est que si ca concerne une fourbure liée au SRIS que l’utilisation de l’aspirine en tant qu’inhibiteur de la coagulation pourrait être défendue. Il faut qu’on sache que l’activation de thrombocytes sous cette forme de fourbure est une conséquence de l’inflammation dans le tissu lamellaire et non une cause. Ainsi, combattre cette inflammation avec un médicament anti-inflammatoire plus efficace que l’aspirine devrait être suffisant. L’aspirine a le plus faible effet anti-inflammatoire de tous les AINS chez les chevaux. Aussi pour la réduction de la fièvre et le soulagement de la douleur, il existe des médicaments plus efficaces que l’aspirine.

Hémorragies

Dans le cas d’une rotation ou d’un affaissement de l’os du pied, l’aspirine ne devrait jamais être utilisée. Le bord de l’os du pied peut causer des dommages aux vaisseaux sanguins dans le derme solaire. L’effet anticoagulant de l’aspirine peut causer des hémorragies considérables.

Problèmes gastro-intestinaux, AINS non-sélectifs et aspirine

Les COX (cyclo-oxagénases) sont des enzymes présentes en cas d’inflammation. Certains AINS non-sélectifs peuvent inhiber les COX. On distingue deux types de COX : COX-1 et COX-2. Les AINS non-sélectifs et l’aspirine ne font pas la distinction entre ces deux types. Les COX-1 ont non seulement une influence positive sur l’inflammation, mais sont également importants pour la fonction normale du tractus gastro-intestinal. Le fonctionnement de l’intestin est perturbé par l’action inhibitrice de l’enzyme engendrée par les AINS non-sélectifs. Combattre l’inflammation affecte l’activité naturelle de l’enzyme COX-1 de façon non intentionnelle.

2 Comments

  1. Gwladys du Mazy

    Un grand merci pour cet article qui interpelle.
    Cela faisait bien 6 ans que je donnais 1g d’aspirine par jour, voir 2g en cas de très forte crise.
    Pour quelle raison, je ne sais pas, je n’en donne plus depuis février. Cela n’a pas du tout empiré les choses. A la lecture de cet article, je comprends pourquoi.
    Bonne continuation.

    • Remco Sikkel

      Merci pour vos mots gentils. J’apprécie bien votre support pour mon travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *