Conditions de vie

Domestication et fourbure

Les chevaux sauvages et autres équidés non domestiqués sont beaucoup moins souvent touchés par la fourbure. Cela semble démontrer une relation directe entre la domestication des chevaux et cette maladie.

Les conditions de vie des chevaux domestiqués en termes d’alimentation, de mouvement, d’environnement, d’interaction sociale et de sélection naturelle sont tellement moins bonnes que celles des chevaux sauvages, qu’il n’est pas surprenant que la fourbure soit une affection typique de nos chevaux, voire une maladie liée au mode de vie. Dans le texte encadré sur les chevaux Kaimanawa (page 24), vous pourrez lire dans le texte encadré vous pourrez lire encore un exemple du fait que la main de l’homme n’est pas toujours heureuse, même quand les chevaux vivent à l’état sauvage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *