Théories et causes

Le DPIP, un effet de mode ?

Comme on diagnostique un nombre beaucoup plus important de cas DPIP qu’il y a dix ans, certaines personnes parlent d’effet de mode. Mais ce soupçon n’est pas justifié pour les raisons suivantes :

  • Les signes cliniques du DPIP (souvent appelée à tort « maladie de Cushing ») ne sont plus attribués – comme c’était le cas auparavant – au processus normal de vieillissement.
  • Ces dernières années, le nombre de propriétaires désireux de surveiller et d’améliorer la santé de leurs vieux chevaux a considérablement augmenté.
  • Les soins vétérinaires pour les chevaux âgés se sont également améliorés en conséquence.
  • La science vétérinaire accorde de plus en plus d’attention au DPIP et les résultats des recherches effectuées sur ce sujet sont aujourd’hui accessibles au grand public.
  • Les méthodes de diagnostic se sont améliorées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *