Traitement et prévention

Faire tremper le foin

Les glucides solubles à l’eau (GSE) peuvent être partiellement retirés du foin (et de la pulpe de betterave) en le trempant dans l’eau et en le rinçant. Environ 50% des GSE sont « lavés » en l’espace d’une heure. Faire tremper le foin plus longtemps n’est pas utile, toutefois, le rincer avec de grandes quantités d’eau fraîche enlève encore un peu de GSE. L’eau chaude dilue les sucres deux fois plus vite que l’eau froide.

Malheureusement, faire tremper le foin enlève également des minéraux et des vitamines importants. Un trempage de 15 à 30 minutes constitue la durée idéale pour réduire les taux de sucre, mais garder les minéraux et les vitamines. Le foin trempé pendant plus de 12 heures met potentiellement le cheval à risque de carence en phosphore.

Les glucides solubles à l’éthanol (GSEt) sont lavés plus facilement que les fructanes. L’amidon n’est pas soluble à l’eau et reste donc dans le foin trempé.

Cependant, un des inconvénients du foin trempé est qu’il ne séjourne que trop brièvement dans l’estomac, donnant ainsi à des bactéries susceptibles de provoquer des coliques, l’occasion de passer dans l’intestin grêle.

Ne trempez pas plus de foin que le cheval n’en puisse manger dans la journée. Le foin mouillé moisit très vite. Gardez le foin mouillé au propre. Par exemple, trempez-le dans une brouette, videz l’eau de trempage et laissez le cheval manger directement dans la brouette. Inutile de dire qu’il ne faut pas permettre au cheval de boire l’eau de trempage.

Tremper le foin devrait être une solution d’urgence lorsque du foin pauvre en GNS n’est pas disponible.

L’ensilage et l’enrubannage ne devraient pas être trempés, car une seconde fermentation pourrait commencer, provoquant une augmentation des bactéries indésirables. Étant donné le faible taux de GSE contenu dans ce foin, le trempage n’est pas nécessaire.