DescriptionThéories et causes

Trois types de fourbures. Quelles sont-elles ?

La fourbure est un terme général qui indique que la connexion entre la paroi et l’os du pied est endommagée. Il existe toute une liste de causes possibles. Nous pouvons répartir ces causes en trois groupes, ce qui nous donnera trois types de fourbures : 

  • La fourbure liée à un problème hormonal
  • La fourbure liée à un SRIS
  • La fourbure traumatique

Ces trois types sont souvent mis dans le même sac. À cause de cela, on risque d’établir un mauvais diagnostic, d’appliquer le mauvais traitement
et de ne pas obtenir les résultats escomptés. Sur les réseaux sociaux, on lit des messages décrivant une forme spécifique de fourbure suivis de conseils bien intentionnés mais ne s’appliquant absolument pas au type de fourbure concerné. Si le propriétaire suit ces conseils sans réfléchir, le cheval peut en faire les frais. Il faut donc être capable de bien faire la différence.

La fourbure liée à un problème hormonal

On peut la surnommer « la fourbure des gros ». Elle est la plus courante. Dans quatre cas sur cinq (80%), il s’agit d’une telle fourbure. Comme son nom l’indique, elle est causée par un problème hormonal. Les principaux problèmes hormonaux sont :


L’administration prolongée de corticostéroïdes peut contribuer au développement ou à l’exacerbation de la fourbure liée aux hormones.
(photo : http://nerdfon.de/kortikosteroide-pferd.php)

La fourbure liée à un SRIS

On peut la surnommer « la fourbure des chevaux malades ». SRIS est l’abréviation de Syndrome de Réponse Inflammatoire Systémique. Ce qui signifie qu’il y a un état inflammatoire généralisé entraînant une libération de toxines dans le sang. Ces toxines provoquent la fourbure. Elles peuvent être la conséquence d’inflammations et d’infections, de problèmes digestifs, être propres à l’organisme ou l’avoir pénétré depuis l’extérieur.


Les eaux de surface contaminées peuvent provoquer la fourbure.

La fourbure traumatique

On peut la surnommer « la fourbure des chevaux boiteux ». La cause en est un manque d’oxygène dans les tissus du sabot. Cette carence en oxygène résulte de la surcharge ou d’un déséquilibre prolongés des sabots. Cette fourbure traumatique est également appelée fourbure mécanique. La surcharge des sabots peut être causée par :

  • Un parage incorrect ou des problèmes de pieds (talons fuyants, barres trop longues, pince trop longue)
  • Un poser du pied en pince (provoqué par une douleur dans une autre partie du pied ou du corps. Pense par exemple au syndrome naviculaire ou à un abcès)
  • La ferrure
  • Lorsque le cheval marche souvent sur la route (chevaux attelés, chevaux de la police)
  • Le surpoids
  • La vie en box
  • Pour soulager une douleur (après une opération par ex.)
Risque quadruplé : cheval de trait lourd, surpoids, mauvais parage, ferrage
(photo : Inka Piegsa-Quischotte)

Comment puis-je savoir à laquelle des trois j’ai affaire ?

Pour ces trois types de fourbure, on observe les mêmes signes cliniques, à savoir une élévation de la température du pied, un refus de se déplacer, un report du poids sur l’arrière-main et de l’apathie. Comment savoir maintenant de quel type de fourbure ton cheval souffre ?Il faut commencer par te demander ce qui s’est passé avant que la fourbure ne se déclare. Si ton cheval a réussi à accéder à la réserve de nourriture pour se gaver de concentrés riches en sucres, tu peux être sûr qu’il s’agit d’une fourbure liée à un SRIS. C’est aussi le cas si tu sais que ton cheval souffre d’une maladie infectieuse (la grippe par ex.) ou d’une inflammation (à l’œil par ex.). 

Si ton cheval est fourbu seulement en regardant l’herbe pousser, pense alors plutôt à une fourbure liée à un problème hormonal. Il réagit de façon anormale aux sucres. Chez ce type de chevaux, on observe souvent les signes caractéristiques d’une résistance à l’insuline, comme une encolure épaissie. Ils ont souvent un score élevé lorsqu’on fait l’évaluation de leur état corporel. La DPIP (que l’on appelle à tort maladie de Cushing) est aussi une cause tristement célèbre. Les chevaux atteints de DPIP sont souvent âgés et on remarque chez eux des problèmes de poil et/ou de mue (comme un poil anormalement épais et bouclé) et une perte de poids.

Si tu ne trouves aucun lien avec la nourriture, il se peut qu’il y ait une surcharge et que la fourbure soit traumatique. Il faut alors penser au mode d’hébergement, au surpoids, ou au report de poids après une opération pour avoir moins mal. Les chevaux utilisés pour une pratique sportive intensive de l’endurance, du reining ou de l’obstacle sont plus à risque que d’autres. Un mauvais parage ou ferrage peuvent également entraîner une fourbure traumatique. 

Une différence essentielle et facile à constater est que dans le cas d’une fourbure liée à un SRIS, le cheval a l’air malade et il a de la fièvre et une diarrhée liquide. Les toxines circulent dans son sang et tout son organisme en souffre. Ce n’est pas le cas pour les deux autres types. Et ton vétérinaire peut identifier les différents types à partir d’une prise de sang. Pour avoir la confirmation d’une fourbure liée à un problème hormonal, il va examiner si les taux de certaines hormones comme l’insuline, le cortisol, l’ACTH, sont anormaux. En cas de fourbure liée à un SRIS, il constatera une élévation des globules blancs et des anticorps. 

Souhaites-tu lire plus de réponses aussi claires ? Commande le nouvel ouvrage « La fourbure en questions : plus de 200 réponses ». Ce livre apporte des réponses claires et pratiques à plus de 200 questions sur la fourbure. Des questions qui reviennent sans cesse dans les discussions de groupes Facebook. Des réponses qui vont être utiles. Ce livre va t’être d’une aide précieuse, à toi et ton cheval.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *